jeudi 25 juillet 2013

Sponsors : la bonne place des marques sur le maillot cycliste

Une étude du site anglais Cyclingnews, en association avec l'institut Repucom, révèle à quels endroits les sponsors ont le plus intérêt à afficher leur marque sur un  cycliste. L'avant du maillot, les épaules et le dos du cuissard sont à privilégier. Étonnement, le dos du maillot n'est pas une place de choix.

Les emplacements idéaux* :
- l'avant du maillot (6 à 12% de l'exposition totale) ;
Pour les sponsors, les épaules du cycliste
représentent 5 à 12 % de l'exposition totale.
Tour de France 1971
- les épaules (5 à 12 %) ;
- l'arrière du cuissard (6 à 13 %) ;
- les côtés du cuissard (6 à 11 %).

Les emplacements moins vus* :
- les manches du maillot (3 à 9 %) ;
- le casque (2 à 6 %) ;
- le cycle (1 à 6 %) ;
- le dos du maillot (1 à 4 %) ;
- les côtés du maillot (1 à 3 %) ;
- le col du maillot (0,5 à 2 %).

Maintenant, prenez vos tenues vintage et vérifiez !

Pour télécharger l'étude

* Les pourcentages varient en fonction du nombre de sponsors, de la taille de la marque et de sa notoriété.

mercredi 24 juillet 2013

Rencontre à la Cipale avec les Géants du Tour de France

Samedi dernier, le 20 juillet 2013, j'ai passé quelques heures en compagnie d'anciens cyclistes ayant participé au Tour de France, dont Jean-Claude Blocher. Mon ami Pierre Tosi a retrouvé ses anciens collègues coursiers et a rencontré un grand parmi les géants : Ercole Baldini, professionnel de 1956 à 1964.

dimanche 21 juillet 2013

Les cyclistes roulent en accordéon

Accélérations, ralentissements, le peloton roule parfois en accordéon. L'accordéon, c'est aussi l'instrument qui accompagnait les courses d'antan. Yvette Horner, des moustiques sur le visage, jouait sur le toit de la Citröen, sur les routes du Tour de France. André Verchuren, qui vient de décéder, amateur de cyclisme, a lui aussi animé bien des arrivées de courses.

samedi 20 juillet 2013

Ouest France sort ses images vintage du Tour de France

Pour fêter le 100e Tour de France, Ouest-France ouvrait, il y a quelques mois, ses archives photos. Des centaines d’images, en noir et blanc pour la plupart, qui racontent les petites histoires de la Grande Boucle et témoignent de la vie des villes et villages de l’Ouest. 
Tour de France 1972, 2e étape,
passage à Saint-Jean-Brévelay (Morbihan).

Malheureusement, certaines de ces images, en ne comportant aucune indication, ont perdu un peu de leur valeur. Ni date, ni lieu, ni élément pour identifier les personnes. C’est pour rendre à ces images toute leur portée que le journal a sollicité ses lecteurs pour l'aider à les restituer dans leur contexte.




vendredi 19 juillet 2013

Quand Pif-gadget guidait les spectateurs du Tour de France

Pif-gadget sur le Tour de France 1981
De 1977 à 1988, au moment du Tour de France, le journal Pif-gadget publiait des petits guides pour ses jeunes lecteurs. La rédaction était confiée aux journalistes de Miroir Sprint et du Miroir du Cyclisme, des éditions Vaillant, également propriétaire de Pif-gadget.

Le site Pifcollection.com a créé, en 2003, un dossier sur ce sujet, avec de nombreuses images d'archives.

jeudi 18 juillet 2013

Des anciens cyclistes du Tour de France au Vélodrome Jacques-Anquetil

Ces anciens professionnels - des Français, des Italiens, des Belges... - ayant couru sur le Tour seront attendus pour partager leurs souvenirs. Il existerait encore 1.400 anciens Géants encore en vie, dont près de 500 coureurs français.

mercredi 17 juillet 2013

Huilez vos galets de dérailleur

Couic-couic : dimanche matin, dans le peloton, un rossignol s'est mis à chanter. Je savais bien que la mélodie venait de son vélo vintage Neri - le seul vieux cycle dans notre groupe de douze coureurs. La transmission ? J'avais pourtant huilé la chaîne la veille. Le dérailleur ? J'ai changé de vitesses, mais le piaf n'a pas claqué son bec. A la fin de la sortie, au moment de nous quitter, un de nos compagnons m'a conseillé de huiler les vis des galets de dérailleur.

Bon sang, mais c'était ça : les galets ! Si votre bicyclette couine, pensez à la chaîne, mais aussi à ces petites pièces.

Le coureur qui a diagnostiqué la panne tient la boutique Cycles évolution à Boissy-Saint-Léger. Je ne pouvais pas trouver meilleur diagnostic.

dimanche 14 juillet 2013

Antésite, une boisson vintage pour les cyclistes

En ces périodes de forte chaleur, j'ai ressorti du réfrigérateur ma bouteille d'Antésite. Quelques gouttes de ce concentré de réglisse dans le bidon et c'est parti pour une sortie à vélo au goût vintage ! Eric Fottorino, l'écrivain cycliste, en parle dans un de ses ouvrages.

vendredi 12 juillet 2013

Vente d'accessoires cyclistes chez Lidl le 18 juillet 2013

Jeudi prochain, le 18 juillet 2013, Lidl mettra en vente en France des accessoires et vêtements pour le vélo. Ces produits à bas prix sont, pour ceux que j'ai déjà testés, de bonne qualité. Ce n'est pas vintage, mais cela peut compléter votre attirail.

jeudi 11 juillet 2013

J'ai vendu des chaussures cyclistes vintage Rivat de cyclo-cross


Vendu une paire de chaussures vintage de cyclo-cross en cuir, de marque Rivat, modèle Nevada. Neuves dans leur boîte. Taille 41. Achetées par un Japonais 25 euros.

Vendues : chaussures vintage Rivat taille 41.

J'ai vu le Tour de France à Paris vers 1980

Vers 1980, j'ai vu passer le Tour de France deux années de suite sur le circuit des Champs-Elysées. Avec mon père, nous étions placés à la fin de la rue de Rivoli, face à la Concorde, devant l'Hôtel de la Marine. Chaleur, attente, foule compacte. Puis les klaxons assourdissants des voitures de tête, des motos.

Je me souviens de Bernard Hinault avec le maillot jaune, dans les premières places du peloton, concentré, tête nue. Le Blaireau m'a paru assez petit, sur son Gitane bleu. Mon père avait trouvé sa position "pas très belle". Je me rappelle aussi la queue de peloton, avec un ou deux coureurs de l'équipe Jobo (maillots oranges). L'un d'entre eux portait des lunettes. Mariano Martinez ? Le peloton était étiré, comme d'habitude à cet endroit.

mercredi 10 juillet 2013

J'ai vu le Tour de France à Joinville vers 1972

Mes premiers souvenirs du Tour de France remontent au début des années 1970. Vers 1972, nous nous retrouvions chez mon grand-père, à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) pour assister au passage des coureurs, lors de la dernière étape. De l'appartement, nous voyions le pont de Maisons-Alfort, que le peloton prenait en direction de la Cipale.

Cyclistes Minialuxe
Les cyclistes Minialuxe que m'offrit mon grand-père vers 1972.
L'allure est celle des années 50 !
Pour fêter l'évènement, mon grand-père m'avait accueilli avec un coffret de petits cyclistes en plastique de marque Minialuxe. Le coffret contenait une voiture suiveuse, un coupé Jaguar jaune. Les cyclistes avaient une allure vintage, avec les boyaux croisés sur les épaules ! Je possède encore quelques-uns de ces jouets quarantenaires (voir photo).

Je me rappelle les mots de mon père lorsque le peloton pointa son nez à l'entrée du pont, face à nous : "Les maillots bleus devant, ce sont les Italiens." Etaient-ce les Salvarani ? les Ferreti ? les Filotex ? Dans la clarté de l'après-midi, à la fenêtre du vieil immeuble aujourd'hui disparu, nous guettiosn le maillot jaune d'Eddy Merckx.

Apercevoir le maillot jaune
A cette époque, j'ai aussi vu passer le Tour à Maisons-Alfort, à un carrefour. Je me souviens de l'attente sous le soleil, du passage des motards acrobates, debout sur leurs sièges, et de la caravane publicitaire. Distribution de cadeaux, de calots en papier... Et enfin, le passage éclair des coureurs. Il fallait, dans un laps de temps réduit, essayer d'apercevoir le maillot jaune : Eddy Merckx ou Luis Ocana. Les cycles faisaient bzzzzzz en passant.

lundi 8 juillet 2013

Interview : Pierre Tosi, ex-coureur professionnel

De 1972 à 1977, Pierre Tosi a été coureur cycliste professionnel. Il a partagé la route sur les grandes classiques avec les athlètes de cette époque, comme Eddy Merckx. Vacciné avec un rayon de bicyclette, Pierre a n'a jamais arrêté le vélo. A 63 ans, il s'est même replongé dans l'ambiance de ses années "maillots en laine", en participant à l'Anjou vélo vintage 2013. Souvenirs et impressions après la rando de 87 kilomètres.

vendredi 5 juillet 2013

Ronan Chabot et sa randonneuse Motobécane 1977

Ronan Chabot et sa randonneuse
Motobécane de 1977.
A l'Anjou vélo vintage 2013, au gré d'un ravitaillement, j'ai rencontré Ronan Chabot, propriétaire d'une randonneuse Motobécane de 1977. Sa machine est vert olive, avec triple plateau, garde-boue en plastique et selle Italia d'origine. "Elle appartient à mon père - qui roule toujours -, que je suivais sur mon vélo, lors de nos nombreuses promenades", se souvient Ronan, membre d'un club de VTT (l'AGVTT 85), dont il exhibe le maillot.