17 octobre 2020

Les petits cyclistes, étudiés par l'historien Alex Poyer

Les cyclistes miniatures intéressent la science. Docteur en histoire contemporaine, Alex Poyer a publié un article dans la revue Sciences sociales et sport, dont le dernier numéro, paru en juillet 2020, est consacré au rapport entre les jouets et le sport. Intitulée "Les figurines cyclistes : entre identification, héroïsation et collection ? (1890 à nos jours)" (téléchargeable au prix de 5 euros), cette étude de dix-sept pages analyse l'évolution de ces jouets sur plus d'un siècle.

Les premières figurines sont destinées à des jeux de société, à la fin du XIXe siècle ; elles représentent des hommes mais aussi des femmes en tenues civiles de cyclotouristes. A partir des années 1920, l'aspect sportif et masculin l'emporte. 

Salza, fabricant durant l'âge d'or des petits coureurs. 
LE VELOMANE VINTAGE
Dès les années 1950, ces petits coureurs, dits "autonomes" car non attachés à un jeu de société, "permettent à l’enfant – surtout le garçon – taraudé par le désir de devenir grand, de s’intégrer à ce monde d’adultes dans lequel il s’investit pleinement et joue un rôle de héros, note Alex Poyer. Les miniatures cyclistes remplacent les petits soldats ou les pompiers de leurs pères." Représentant les héros des enfants des champions cyclistes , elles sont utilisées lors de jeux d'adresse avec des billes.

A partir des années 1980, la figurine devient objet de collection pour les adultes baby-boomers, les enfants s'étant tournés vers d'autres héros.

M. Poyer a nourri son article de chiffres, tant sur la production de jeux de parcours ou de figurines autonomes que sur le nombre de personnes que les fabricants employaient. Il ne comporte toutefois pas d'indications sur les prix auxquels ces pièces étaient vendues.

L'auteur observe que les cyclistes miniatures représentent surtout des coursiers, le VTT et le BMX n'ayant pas inspiré les fabricants, qui sont essentiellement français.

De nombreuses notes et références bibliographiques, qui intéresseront les passionnés, figurent en fin d'article.

Alex Poyer est titulaire d'un doctorat de 3e cycle en histoire moderne et d'un doctorat du Centre de recherche et d'innovation sur le sport (CRIS). Il est maître de conférences à la Faculté du sport et de l'éducation physique de l'Université d'Orléans. Il est l'auteur du livre Les Premiers Temps des véloce-clubs, éd. L'Harmattan, 2003, 342 p.

Lire mes autres articles sur les petits cyclistes.

Rejoignez le groupe Facebook "Les petits cyclistes vintage"

10 octobre 2020

Le vol de vélos a baissé de 3,6 % en 2018

En 2018, 318.000 vols de vélo ont été relevés par l'enquête "Cadre de vie et sécurité" publiée par le ministère de l'Intérieur, contre 330.000 en 2017, soit une baisse de 3,6 %. Cela ne représente toutefois que 2 % des ménages équipés d'un vélo (contre 2,1 % en 2017).

L’enquête, qui permet de distinguer les vols "aboutis" des tentatives, montre qu’en 2018, 287.000 ménages ont subi un vol (90 % des ménages victimes) et 31.000 (10 % des ménages victimes) uniquement une ou plusieurs tentatives.

De 2011 à 2018, en moyenne 9 % des ménages victimes ont subi plus d'une tentative de vol ou d'un vol de vélo dans l'année.


3 octobre 2020

Dans les bois, gare aux pièges anticyclistes !

Avez-vous déjà rencontré des pièges anticyclistes en forêt ? Câbles tendus en travers du chemin, rochers déplacés en sortie de virage, planches à clous… Lors de la guerre du Viêt Nam, ces terrifiantes installations, parfois enduites d'excréments (pour causer une infection), étaient nommées « booby traps » (pièges à cons) par les soldats américains.

La presse cycliste et les forums sur Internet font état de nombreux cas où ces pièges ont été découverts, en France et en Belgique. Une récente réponse ministérielle précise que "le service central de renseignement criminel de la gendarmerie nationale est parvenu à recenser 6 faits commis entre 2018 et 2019 ayant donné lieu à dépôts de plainte : trois faits ont été commis entre le mois de mai et la fin du mois d'octobre 2018 ; trois faits ont été commis entre le mois de juin et la fin du mois d'août 2019 ; aucun fait n'a été constaté à ce jour pour l'année 2020 ; au niveau de la répartition géographique, trois faits concernent la région Auvergne-Rhône-Alpes (départements 38 et 73), deux la région Grand-Est (départements 54 et 67) et le dernier les Hauts-de-France (département 60).  Trois qualifications pénales différentes ont été retenues : mise en danger délibérée de la vie d'autrui (article 223-1 du Code pénal), violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours (article 222-13 du Code pénal), destruction, dégradation ou détérioration d'un bien appartenant à autrui (article 322-1 du Code pénal). À ce jour, aucune de ces procédures n'est parvenue à établir des responsabilités."

Le ministère de l'Intérieur note dans sa réponse : "Cette faible occurrence d'actes de malveillance orientés vers les pratiquants de vélo tout-terrain (…) ne doit pas conduire à sous-estimer ces faits." Car il existe probablement des cas où les victimes n'ont pas porté plainte, sinon signalé le piège aux autorités. 

Pose de pièges réglementée

La pose de pièges est réglementée et circonscrite à la capture ou la destruction d'un animal classé nuisible (art. L 427-8 du Code de l'environnement). La pose de pièges hors de ce cadre peut être sévèrement punie si elle occasionne un dommage à une personne, voire la tue (article 222-7 et suivants du Code pénal). "Les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sont punies de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende" (art. 222-9 du Code pénal). C'est même quinze ans de réclusion criminelle lorsqu'il y a eu usage d'une arme ou lorsqu'il y a eu préméditation. 

Encore faut-il identifier l'auteur. Ce dernier pourrait difficilement invoquer la légitime défense pour protéger son bien, une forêt, par exemple (article 122-5 du Code pénal).

Sur votre VTT, votre cyclo-cross ou votre gravel, au détour des sentiers, gardez l'œil et prévenez la gendarmerie si vous découvrez un de ces pièges.

Piège pour VTTiste
Planche à clous attendant le passage d'un VTTiste.

26 septembre 2020

Casquettes cyclistes : achetez italien !

La casquette de coureur cycliste, la vraie, pas celle "de podium", qui ressemble plus à une casquette de base-baller ou de pilote automobile, fut créée dans les années 1950 en Italie. La famille lombarde Bregalanti les fabrique toujours, nous apprend Vélo magazine de juillet 2020*. 

Après la lecture de l'instructif article, j'ai vérifié la provenance de quelques-unes de mes gapettes. Certaines, récemment acquises, disposent en effet d'une étiquette "Made in Italy". Aucune marque n'est présente, mais je suppose qu'elles sont issues de la maison Bregalanti. Des instructions de lavage sont aussi données, comme la température maximale (30 °C, car ces accessoires sont à 65 % en polyester et 35 % en coton) et le sens de lavage (retourner la casquette pour préserver les inscriptions). Je conseille de les laver à la main, la visière de plastique risquant de se briser en machine.

Les casquettes italiennes sont confectionnées dans les règles de l'art : huit panneaux, visière de 5 cm de long, la juste longueur qui ne souffre pas de prise au vent. De nombreux modèles d'équipes "mythiques" sont reproduits régulièrement et vendus autour de 12 euros (hors frais de port) sur Internet, par exemple chez Les Casquetteurs ou Prendas Ciclismo. A mon goût, manquent dans les catalogues les casquettes Gitane-Sonolor, Frisol, Miko-Mercier, Wiel's... Je ne pense pas que cela soit pour une raison de droit de la propriété intellectuelle liée à l'usage de la marque, car les maillots correspondant sont reproduits depuis un moment. (A moins que lesdits maillots ne soient réalisés sans autorisation.)

Ces deffes italiennes sont à porter sans modération, avec ou sans casque. A l'opposé, des casquettes produites ailleurs (Chine ?) sont d'une qualité déplorable.j'ai dernièrement acheté chez Retro-cycling-jerseys.com une "Brooklyn" orange : contrairement à la photo de présentation, la casquette comporte non pas huit, mais trois panneaux ; elle est en tissu "technique" mou ; la visière mesure 5,5 cm (trop longue) et la marque Brooklyn est imprimée décentrée.

Donc, avant d'acheter une reproduction de casquette, assurez-vous qu'elle est fabriquée en Italie.

Lire mes autres articles sur la casquette cycliste.

Casquette cycliste vintage
Casquette cycliste à 8 panneaux
faite en Italie. LE VELOMANE VINTAGE

Casquette cycliste Brooklyn
La marque est mal centrée sur la visière.
LE VELOMANE VINTAGE

* "Ras les casquettes", Pierre Périllat, Vélo magazine n° 586, juill. 2020, p. 70 et s. 

19 septembre 2020

La chemise à carreaux remplace le maillot à pois

Les traditions se perdent. Une mode venue des États-Unis voudrait que le vététiste ou le gravéliste (néologisme désignant le conducteur d'un vélo gravel) portât une chemise à carreaux à la place du classique maillot dit "jersey". Ces chemises d'un prix pouvant atteindre 180 euros sont confectionnées en polyamide "polaire" ou matières "techniques" assurant un séchage rapide. Elles sont parfois munies de poches arrière, à l'instar des maillots de coureurs.

Voilà le cycliste de 2020, mi bûcheron-mi hipster, loin du cyclard traditionnel en lycra coloré. Les Velominati, ces gardiens de l'élégance cycliste, vont-ils pester ? 

La chemise à carreaux, est-ce "gravel" ?