samedi 13 octobre 2018

L'après-sortie à vélo vintage : où et comment boire un coup

Autour du vélo, des amitiés naissent. Après la sortie du dimanche matin, les compagnons de route ont parfois envie de prolonger le bon moment partagé sur la route. Plusieurs possibilités s'offrent à eux.

Au café
Carte postale de cyclistes dans le Val-de-Marne
Le café idéal : Au chalet des cyclistes, à Maisons-Alfort.
Pour conserver l'ambiance "saine camaraderie-bonnes blagues", l'équipée peut se rendre dans un estaminet. L'on commandera un café, un Perrier ou une bière. La bière est la boisson idoine, car elle appartient au monde du cyclisme. De nombreuses équipes furent sponsorisées par des marques de bières (Wiel's, Pelforth, Dreher...). Le tout est de ne pas en abuser et de ne pas être trop loin de chez soi car, en la bière peut "couper les jambes".

Invitation à dîner
Carte postale de cyclistes dans le Val-de-Marne
Où boire un pot après la sortie ? Au rendez-vous des cyclistes,
à Saint-Maur-des-Fossés.
Il arrive aussi qu'un des membres du groupe invite ses amis cyclistes à prendre un pot, voire, lorsque les liens sont assez forts, à déjeuner ou dîner chez lui. A ces "repas de club", les épouses peuvent être conviées. Pour les invités, il est de bon ton d'arriver avec des fleurs pour la maîtresse de maison et un objet lié au cyclisme pour l'hôte : un coureur miniature, une paire de socquettes, une casquette... Au cours de la soirée, il n'est pas rare de voir des tables de dames et d'autres de messieurs se former, les premières ne s'intéressant pas forcément aux discussions des seconds. Au cours de la soirée, à la table des hommes, le vin aidant, le volume sonore des voix augmente, tout comme la part de souvenirs de course dans les sujets débattus.

Ces agréables moments d'après-sortie ne peuvent être qualifiés de "troisième mi-temps" car, contrairement aux sports de ballon, le vélo ignore la mi-temps. Sauf incident mécanique ou rencontre avec "l'homme au marteau" un coureur pédale en continu.

Lire aussi : Les cafés-vélo sur la grand braquet

Soirée privée des années 1950 aux Etats-Unis
Cyclistes invités avec leurs femmes.
Dans les conversations, il convient d'éviter
les blagues salaces racontées sur le vélo.



samedi 6 octobre 2018

Le Cerema analyse les accidents mortels de cyclistes

Le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) Sud-Ouest a publié en août 2018 une étude sur la mortalité des cyclistes. Cette étude porte sur 144 cyclistes tués, issus de la base de données "Voiesur", portant sur des accidents survenus en 2011.

Les principaux enseignements :
  • Pour 21 des 144 cyclistes décédés, il n'a pas été possible de déterminer s’ils portaient ou non un casque au moment de l’accident. Sur les 123 dont on est certain qu'ils portaient ou pas un casque, 100 étaient des hommes, dont 67 % étaient casqués ; 23 étaient des femmes, dont 9 % seulement étaient protégées.
  • 2/3 des accidents se sont déroulés de jour et par temps normal.
  • 1/3 des accidents ont eu lieu hors agglomération et hors intersection. 44 % des accidents hors agglomération sont du type "collision entre 2 véhicules".
  • 44 % des accidents en agglomération sont survenus en intersection.
  • Les tranches d’âge les plus représentées parmi les cyclistes tués sont les 10-20 ans et les 60-70 ans. 44 % des cyclistes tués dont on connaît la profession étaient retraités.
  • 42 % des conducteurs de vélo tués étaient "responsables ou déclencheurs" de l’accident.
Télécharger l'étude sur cerema.fr

samedi 22 septembre 2018

Le mythique maillot M.I.C. de Gribaldy

En 1974, il exista une équipe cycliste belge à l'étrange maillot aux bandes orange : la M.IC. Moneymakers-de Gribaldy-Ludo. Herman Van Springel, vainqueur de Bordeaux-Paris, était à sa tête. Cette équipe qui remporta la coupe du monde intermarque 1974 m'a toujours fasciné.

samedi 15 septembre 2018

Mon vélo vintage au pays des trottinettes électriques

Parbleu ! Que se passe-t-il ? Que font tous ces engins, sur la chaussée, sur les trottoirs, sur les pistes cyclables ? Mon vélo vintage, lui qui cohabita avec des mobylettes, des Solex et des patinettes, a l'impression de jouer dans un film de science-fiction : d'étranges engins, conduits par des individus casqués, le croisent. Ces trottinettes électriques, gyropodes, monoroues et hoverboards s'ajoutent au trafic déjà chargé de voitures, motos, camions... Ils le surprennent parfois, mon bon vieux vélo : sans avertir, ils le frôlent, parfois à près de 25 km/h comme ils agacent les piétons qu'ils doublent en glissant silencieusement.

jeudi 6 septembre 2018

Courses cyclistes à Vincennes au XIXe siècle

En 1868, sous le Second Empire, des courses vélocipédiques eurent lieu dans les allées du bois de Vincennes*, fraîchement rénové par l'ingénieur Alphand. Ces courses-éclairs se classaient par catégories : courses de vitesse (pour vélos de 90 cm ou pour vélos jusqu'à 1 m), courses de lenteur (pour vélos de "de toute hauteur"), courses d'adresse sans "gouvernail" (cintre ou guidon) et courses de longueur (3 600 m, par ex.).