22 décembre 2020

Claude Brasseur, comédien amateur de cyclisme

Le comédien Claude Brasseur est mort à 84 ans aujourd'hui. Comme d'autres acteurs de sa génération – Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, Jean Carmet, Lino Ventura... – , il aimait le vélo. La preuve à travers deux rôles. En 1959, dans Rue des prairies, de Denys de La Patellière, il est le fils de Jean Gabin et coureur cycliste sur piste. En 1981, dans Une affaire d'hommes, de Nicolas Ribowski, il est le commissaire divisionnaire Servolle, cycliste du dimanche à Longchamp. Dans cet extrait, à 1'40'', il donne un vilain coup de coude à Jean-Louis Trintignant (qui a tué sa femme) : https://www.dailymotion.com/video/x2gwejk

Jean-Louis Trintignant, Nicolas Ribowski et Claude Brasseur,
Une affaire d'hommes.

Claude Brasseur s'est aussi entraîné avec Stephen Roche, vainqueur du Tour de France en 1987. 

Sportif, il fut deux fois champion de France de bobsleigh (victime en 1964 d’un grave accident durant les Jeux olympiques à Innsbruck). Il remporta le Paris-Dakar en 1983 comme copilote de Jacky Ickx, et joua au football dans l’équipe des Polymusclés (source : Le Monde).


19 décembre 2020

Solitude matinale à vélo

Sous le soleil levant, le macadam reflète mes souvenirs de deux cyclistes aux bonnes âmes. Je me hisse lentement sur la chaussée humide, et j'imagine Piero et Robert dans ma roue. 
Lever de soleil sur route humide
Le macadam reflète mes souvenirs
de Piero et Robert. LE
VELOMANE VINTAGE

M'entendez-vous, chers disparus ? Me voyez vous ? Me suivez-vous ? Je passe là où vous passâtes. Mais sur la route nationale 19, les pistes cyclables ont effacé les pavés.

Je me retourne : il n'y a personne pour prendre un relais. Les cyclistes aux bonnes âmes sont absents. Mon esprit me joue des tours ! 

Maintenant la forêt. Une averse, des ornières, c'est 14-18 en 32x18. Me voyez-vous, chers disparus ? Je pousse mon vélo sur la glaise. Je ne me retourne pas car je n'entends pas vos roues plongeant dans les flaques. Vous êtes absents, c'est certain.

Sous l'averse imprévue, les étangs reflètent mes souvenirs de deux cyclistes aux bonnes âmes. Je m'extrais lentement du sentier boueux, et j'imagine Piero et Robert loin devant.


21 novembre 2020

"Pop, pop, pop !" crient les cyclards

Dans le jargon des cyclards, les vrais de vrais, ceux qui portent la gapette, une onomatopée existe : "pop, pop, pop" (ou "hop, hop, hop"). Le cycliste l'émet à titre d'avertissement, par exemple avant un dépassement ou pour prévenir un piéton qui traverse la chaussée, ou encore lors d'un démarrage. Eric Coppin, fan d'Eddy Merckx, précise : "Cette façon de crier vient des Flandres et des Pays-Bas. C'est une façon d'encourager le coureur à accélérer ou à tenir le coup quand il est dans le dur. En Belgique, dans les Flandres, à l'heure actuelle, on entendra plus "kom aan", du verbe aankomen (arriver). Aux Pays-Bas, le fameux hop, hop, hop est encore très largement répandu."

Avertissez avec l'onomatopée idoine.
LE VELOMANE VINTAGE

L'onomatopée est aussi employée en Alsace, ainsi qu'en montagne, dans le Jura, selon d'autres cyclistes.

Hop, hop, hop ou pop, pop, pop : gardons ce cri en mémoire et poussons-le car il fait partie de la culture cycliste.


8 novembre 2020

Cyclistes et associations veulent pédaler au-delà du rayon d'un kilomètre

Pédaler en respectant "la limite d'un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile" fixée par le gouvernement, c'est possible. Mais tourner autour de chez soi, comme dans un mini-critérium, c'est lassant. Dans certains cas, à quelques centaines de mètres près, cette limite dérogatoire au confinement empêche d'atteindre un espace vert, propice au cyclo-cross ou au VTT, ou une petite route de campagne. Le gouvernement ne pourrait-il pas élargir le périmètre défini par le décret du 29 octobre dernier ? 

Confinement pétition pour un rayon de 5 km
Pédaler en rond sur 1 km : certains craquent !
LE VELOMANE VINTAGE

Pétitions

Plusieurs pétitions à cette fin ont été émises sur Internet, ces derniers jours. Sur change.org, la FF Vélo (Fédération française de cyclotourisme) demande "l'annulation de la règle d'une heure et un kilomètre", dans une pétition publiée le 9 novembre. L'organisme souhaite que le gouvernement permette de pratiquer le vélo "individuellement dans un périmètre et un environnement adaptés et raisonnables". Plus de 15.600 signatures sont enregistrées. Une autre, de Billy Fernandez, accompagnateur en montagne, plaide pour un "accès responsable à la nature en période de confinement": plus de 193.200 signatures !

D'autres pétitions portent sur l'élargissement de la limite d'un à cinq kilomètres. L'une d'elles, adressée au président de la République, ainsi qu'à plusieurs ministres et à la maire de Paris, atteint à ce jour plus de 94.170 signatures sur change.org. Son auteur, Virginie Babinet, parisienne sportive de 51 ans, argumente : "La question de l’équité est en effet ici en jeu. Plages, parcs, forêts restent ouverts, car la distanciation sociale y est facile à respecter, mais il existe de nombreuses personnes qui, à 1 km de chez elles, n'ont accès à aucun lieu avec un peu de nature. Elles risquent donc d’être obligées de pratiquer leur sport dans la rue, sur les trottoirs, sans masque au risque de croiser des personnes malades ou à risque." Mme Babinet n'a encore reçu aucune réponse des pouvoirs publics, qu'elle a alertés via LinkedIn. 

D'autres pétitions pour une extension à cinq kilomètres ont été émises sur d'autres sites, mais elles recueillent moins de signatures. Sur Mesopinions.com, celle de "Pas à pas santé" en enregistre environ 21.400. "Augmentons au minimum à 5 km la distance (...) afin d'éviter que dans les zones urbaines les gens se retrouvent tous concentrés dans les mêmes rues et parcs et permettre, à la campagne, aux gens de pouvoir profiter des chemins alentours", argumente son auteur. Sur Petitions.fr, deux pétitions ont été émises, enregistrant 4426 signatures pour l'une, 334 pour l'autre. 

Référé-liberté

A côté des pétitions, d'autres méthodes sont employées. Le 13 novembre, quarante-cinq députés du parti Les Républicains ont adressé une lettre à la ministre chargée des Sports, lui demandant de "suspendre" la règle du 1 km/1 h. Le 16 novembre, les partis politiques Génération Ecologie et Europe Ecologie les Verts ont déposé une requête en référé-liberté devant le Conseil d'Etat, dont l'enjeu est :
- "de contester une règle dépourvue de logique sanitaire puisque les risques de transmission du virus en extérieur lors d’activités individuelles dans la nature sont infimes et que leurs bénéfices pour la santé sont considérables ;
- de contester son caractère contre-productif puisqu'elle conduit à une concentration plutôt qu’à une diffusion des personnes, qu’elle altère l’adhésion des français au confinement et qu’elle affecte gravement leur capacité à pouvoir le supporter ;
- de faire reconnaître l’accès à la nature comme une "liberté fondamentale" au regard de l’article premier de la Charte de l’environnement  : "Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé"". 

Le juge des référés a en principe 48 heures pour rendre sa décision.

Tribune

De leur côté, la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) et plusieurs organismes du secteur du cycle et du sport ont publié le 18 novembre une tribune, demandant la levée de la limite du kilomètre.

Lire mes autres articles sur la Covid-19 et le vélo


Article mis à jour le 19 novembre 2020.

7 novembre 2020

Sur la piste cyclable avec les vétérans, Angelo et P'tit Claude

Onze octobre, neuf heures trente, Champigny-sur-Marne. Une semaine après les avoir retrouvés, j'ai rejoint les ex-copains cyclistes de mon père, Angelo et P'tit Claude. A leur lieu de rendez-vous dominical, sur leurs vélos de route, chaussures classiques de cyclistes et pédales à cale-pied, les deux amis ont leur rituel. Angelo, après s'être enduit les mains de gel hydroalcoolique, remet un sachet de croutons de pain à P'tit Claude, qui le range dans sa musette. (Une musette, une vraie de vraie, comme dans un scénario d'Audiard !) 

Les croutons sont pour les cygnes, aux étangs de Vaires-sur-Marne. Nous roulons sur la piste cyclable, assez empruntée par des coureurs à pied et des cyclistes mais plus sécurisante que la route. "On est pas bien, là, P'tit Claude ?", lance Angelo, en longeant le plan d'eau. Apprécier le paysage, le soleil qui dore les premières couleurs de l'automne et saluer les promeneurs du dimanche : se balader avec des octogénaires, c'est bon pour le moral !

P'tit Claude et Angelo, chaussures en cuir, 
musette en toile
LE VELOMANE VINTAGE

Deux coursiers à Vaires-sur-Marne. 
LE VELOMANE VINTAGE

Hop, hop, hop, dans la roue !
LE VELOMANE VINTAGE