mercredi 20 mars 2013

Sécurité : la gamelle du cycliste solitaire

Aller à la gamelle, aller au tas : la frayeur du cycliste. Quelle est la probabilité de chuter à vélo ? Je l'ignore. Attention, je parle de la gamelle du promeneur solitaire, hors compétition, sans tiers impliqué (voiture, moto, cycliste, piéton).

Une chute collective,
ça peut faire encore plus mal.
Cette gamelle, je l'ai rencontrée le 12 janvier dernier, sur VTT. Le jour se levait à peine (8h15) lorsque je prenais une petite descente à Sucy-en-Brie. Tout s'est passé très vite. Je me suis retrouvé en l'air en me disant : " Ce n'est pas possible ! " Et ce que je redoutais tant est arrivé : le bitume m'a embrassé. Quatre gros baisers, sur le genou, sur le coude, sur la fesse et sur la pommette. Le dernier, je l'ai bien senti, le bord du casque en est témoin.

Cause de ma chute à vélo :
une élévation de bitume de 5 cm.
Les pizzas du cycliste
La cause de la chute ? Une élévation de bitume de 5 centimètres de haut, dans le prolongement de la route, sur laquelle a buté ma roue avant.
Je me suis vite relevé. Premières douleurs, des brûlures - les "pizzas" du cycliste -, mais rien de cassé. J'ai ramassé mon bidon qui avait roulé, relevé mon vélo, vérifié la présence du compteur et j'ai repris la route. Arrivé chez moi, je ressemblais à Quasimodo..
J'ai gardé un coquard pendant une dizaines de jours. Le médecin, que je me suis décidé à consulter, m'a prescrit des pansements gras et un désinfectant.

Séquelles
Aujourd'hui, j'ai toujours mal lorsque je m'agenouille ou que je pose le coude sur la table. Une chute, cela peut être bien violent et laisser des séquelles. Mais l'essentiel, c'est de pouvoir reprendre le vélo, non ? Néanmoins, depuis cette gamelle, je suis méfiant et je scrute les malformations de la route.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire