samedi 16 mars 2013

Sécurité : le cycliste et le chat noir

Il y a des sorties qui ne laissent pas un souvenir sportif impérissable : on a fait tourner ses jambes, on a bien respiré, on a perdu un peu de saindoux, mais sans plus. La sortie de ce matin fait partie de celles-là.



Frôlé par une auto
Parti à 7 h 15 sur mon vélo Jean-Claude Blocher de 1980, j'ai tout d'abord été frôlé à un feu rouge par un automobiliste pressé. J'étais encore immobile, heureusement. Et si j'avais fait un écart en démarrant ? A ce titre, avant de vous lancer, pensez à jeter un coup d'oeil derrière vous, un abruti pouvant "frotter". En approchant de Sucy-en-Brie, deuxième alerte : à l'entrée d'un virage, avant un tunnel, un policier faisait la circulation. Une voiture venait de faire un tête-à-queue, certainement en prenant la courbe trop vite. Morceaux de plastique sur la chaussée, éclats de verre... Je suis passé sans regarder. Froid dans dos. Et si j'avais croisé le véhicule fou ?

La descente
Et si un sanglier avait traversé la route ?
La suite de la sortie n'était pas meilleure. Du vent, du ciel gris. J'ai tout de même poussé jusqu'à Ozoir-la Ferrière (Seine-et-Marne) et là, au lieu de suivre la route de Pontcarré - grand lieu de rendez-vous des cyclistes -, j'ai bifurqué vers Roissy-en-Brie. Je n'avais peut-être pas envie de me retrouver trop loin, dans le vent, seul. Erreur : le retour vers Vincennes n'a pas été agréable. La traversée de villes de banlieue - Pontault-Combault, Le Plessis-Trévise, Villiers-sur-Marne - avec leurs ronds-points, leurs feux rouges, leurs tour HLM, cela peut décourager plus d'un cycliste. Les rares vélocipédards que j'ai croisés faisaient d'ailleurs la gueule.
Dans la descente vers le pont de Bry, un chat noir m'est passé devant. Un chat noir - troisième mauvais signe -, il était temps de rentrer. Vu la lenteur avec laquelle je descendais, j'ai pu anticiper. A l'arrivée à Vincennes, j'ai un peu regretté de n'avoir pas continué dans la pampa. Mais bon, j'étais sain et sauf. Le chat noir ne s'est pas transformé en homme au marteau.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire