mercredi 9 novembre 2016

Les proches relations entre le tabac et le cyclisme vintage

Le cyclisme et le tabac ne vont pas ensemble. Et pourtant. Quelques rapprochements entre le cyclisme vintage et l'Herbe à Nicot peuvent être faits.


Publicité
Le monde du cyclisme a parfois illustré des publicités pour les cigarettes, notamment certaines mettant en scène Eddy Merckx. Sur l'affiche, Eddy affirme : "Je suis passé à R6. Pour moi, c'est la première cigarette très pauvre en nicotine et en goudrons qui a tellement de goût." Convaincant ? Bof.

Des cigaretiers ont même sponsorisé des équipes, comme Boule d'or (Belgique) ou Willem II (Hollande).

Publicité pour Camel
avec des cyclistes.
Hors de la publicité, dans la vie d'après course, Jacques Anquetil, autre champion, fumait parfois la cigarette. Autre pays, autre sport, autre pratique : les joueurs de baseball américains, dans les années 1900, prenaient leur dose de nicotine en jouant. Ils chiquaient - pratique courante aux États-Unis -, ce qui les faisait saliver, l'air du terrain de jeu étant sec. C'était bien avant que l'on découvre les dangers du tabac.

Expression
Le tabac s'est aussi glissé dans le jargon cycliste : fumer la pipe "s'applique au coureur qui a connu une course ou une étape facile et qui n'a pas à forcer son talent pour suivre les autres, voire les distancer ; c'est pédaler avec aisance (...)", comme l'explique Paul Fabre dans Expressions du cyclisme (éd. Bonneton).

A vélo, Eddy Merckx "fumait la pipe".
E. Merckx fumait-il des R6 ?


Après avoir mangé du Mars,
R. De Vlaeminck fumait-il des Boule d'or ?

G. Nencini : un petit clope (nom masculin) d'après course.
Coureur sponsorisé par l'apéritif Carpano.

R. Van Looy, l'empereur d'Herentals fumait-il des Guillaume II ?
"Fumer la pipe", une expression cycliste
à l'appui de la publicité.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire