vendredi 12 décembre 2014

L'espérance de vie de nos vélos vintage

Y a-t-il un mécanicien dans la salle ? Un mécanicien qui pourrait estimer le temps qu'il reste à vivre à nos vélos anciens ? Depuis leur fabrication, il y a quarante ou cinquante ans, certaines de nos machines ont connu des interruptions d'utilisation plus ou moins longues (rangées vingt ans dans un garage ou une grange), d'autres ont toujours servi.

Selon les soins prodigués par leur propriétaire et les kilomètres parcourus, nos vélos ont plus ou moins bien résisté à l'usure du temps : points de rouille, éclats de peinture... Certaines pièces ne sont plus d'origine ; d'autres le sont encore mais devront, un jour ou l'autre, être remplacées - les roues libres, par exemple. La chasse à la pièce sera alors lancée : bourses aux vélos, vieux stocks chez les marchands de cycles (La Bicyclette, par exemple), boutiques sur Internet (Briko-Bike.com, par exemple)...

Nettoyage du vélo
Une fois une pièce changée, nous craignons de l'user. Nous limitons nos sorties. Pour préserver notre vélo, ne faut-il pas l'utiliser qu'exceptionnellement, lors de rassemblements "vintage" ? L'Anjou Vélo Vintage étant interrompu, cela fait une occasion de moins. Si sortie il y a, celle-ci est préférable par temps sec, sinon avec garde-boue. Et de retour à la maison, imitons les mécaniciens du Tour de France : nettoyons avec soin notre vélo ; il durera un peu plus longtemps.

2 commentaires :

  1. Yann, avec la source colossale que représente leboncoin, les vélos vintage ont de l'avenir! Il est facile de retrouver des pièces pour retaper un vélo vintage en achetant un vélo complet. Car les pièces détachés sont vendus par des connaisseurs a des prix supérieurs à un vélo qui encombre la cave de M. Toutlemonde. Cette année, j'ai retapé avec des pièces d'origine mon premier "vrai" vélo de 1992 avec un vélo à 50€. Pour ce prix, transmissions, roues, freins et même les pneux à flans beige de l'époque dans un état exceptionnel! Et en plus, les pièces d'avant (surtout avant 1990) en acier s'usait beaucoup moins que maintenant... Souviens toi mon Motobécane de 1977. La chaîne et la transmission n'avait jamais été changé en 35 ans et quelques 50 000 km! Et le testeur de chaîne ne rentrait pas dedans!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ben vrai tout çà ! Si l'offre des composants est considérable, voire excessive, leur qualité et leur fiabilité n'est pas meilleure, si ce n'est inférieure aux pièces qui étaient montées sur les vélos des années 60/70. Pour preuve, le réputé et toujours très recherché moyeux Maxicar

      Supprimer