mercredi 26 juin 2013

Maillots en laine sur la rando de l'Anjou vélo vintage 2013

D'habitude, je suis seul à rouler avec un vieux maillot cycliste, sur mon vélo en acier. Ce 23 juin 2013, à la rando de l'Anjou vélo vintage (87 km), nous étions 300 ainsi équipés ! Des maillots Salvarini, des Wiel's, des Peugeot, des Mercier... et un Sammontana.

Ce maillot Sammontana, c'est mon copain Pierre Tosi qui le portait. Au signal du départ, donné par Poupou, Pierre ne m'a pas attendu : coureur professionnel de 1972 à 1977, il a remonté comme une fusée le peloton pour retrouver la tête de la course. Avec ses grandes jambes et ses manivelles de 180, il était déjà sur la grande soucoupe.

Sur mon braquet de cadet (50 x 17), j'ai tricoté pour le rattraper sur les bords de Loire, vent dans le dos. Je l'ai revu avant un virage qui nous a conduits vers les terres.

Retrouvailles
Au ravitaillement de l'Anjou vélo vintage,
discussion sur l'acier entre
MM. Tosi (à gauche) et Becquet (au milieu).
A droite, le Vélomane vintage.
Au premier ravitaillement, j'ai retrouvé mon camarade David Smith, originaire des Etats-Unis, que j'ai connu à la Patrimoine, l'an passé. David avait un magnifique vélo Legnano et le maillot éponyme. Toujours sa petite caméra à porté de main, il a filmé nos exploits pour le Vélo club de Senlis (voir plus bas).

Dans ce peloton effiloché, en raison des nombreux ravitaillements, Pierre Tosi s'est retrouvé nez-à-nez avec un copain qu'il n'avait pas vu depuis 1969 ! Un collègue avec lequel il était coursier (en Mobylette). M. Becquet faisait la rando sur un Colnago bordeaux comme neuf. Lui et Pierre ont passé tout le reste de la rando ensemble. C'est sympa, ces retrouvailles dans ces moments de joie.

Des éventails dans les côteaux
Entre les ravitos, le rythme sur la route était assez poussé, notamment derrière deux grands Hollandais. Pierre, habitué des pelotons internationaux, leur a parlé en néerlandais. Beaucoup de vent, ce jour-là, il y a eu des éventails sur les coteaux.

Crevaison de boyau sur l'Anjou vélo vintage.
Puis, une crevaison de boyau dans notre groupe d'une dizaine de cyclistes : le victime est le copain de Pierre. Une averse nous est tombée dessus au moment de repartir. Nous avons enfilé nos imperméables transparents Santini. Modernes, mais efficaces.

Sur la route, j'ai rencontré Ronan Chabot, venu du bocage vendéen (club de l'AGVTT85). Très sympa, il m'a donné un support de sacoche avant, qu'il a créé à partir d'une tringle de rayonnage.

A l'approche de l'arrivée, une nouvelle averse nous a rincés pour de bon, juste après la dégustation de vin blanc.

Rouler au milieu de tous ces gens qui ont le sourire, "qui ne se prennent pas pour les champions du monde", comme le dit Pierre, c'est appréciable. Du beau vieux vélo, du maillot qui gratte et du pinard, merci aux organisateurs.

Et après la rando, suivez le conseil de sieur Tosi : "Reste pas sur tes cannes, môme."

A bientôt pour l'interview de Pierre Tosi.



video



5 commentaires :

  1. ouah ou ! Attirée par cette jolie page affichée sur l'écran , j'ai commencé la lecture , curieuse , emportée par le récit agréable à lire .
    Voilà comment on se laisse avoir , même quand on pense être "saturée" de vélo .
    Bravo au narrateur , bonne route pour de nouvelles aventures ( mais pas trop , n'oubliez pas : il n'y a ps que le vélo dans la vie , éh
    ! )

    RépondreSupprimer
  2. Super l'article ! En plus il parle de quelqu'un que je connais bien, et c'est un peu émouvant !
    Ça fait plaisir de lire des personnes aussi enthousiastes, merci !
    Elsa T.

    RépondreSupprimer
  3. Hello Yann !

    J'ai bien pensé à toi ce We !
    Et comme je peux constater que tout c'est bien passé, cela malgré une météo capricieuse... alors c'est parfait !

    A bientôt sur l'anneau

    Philou
    P.S = je suis presque certain, que Servanne est passée avant moi... non !?

    RépondreSupprimer
  4. Très beau commentaire Yann, et avec style!
    J'espère que le support sacoche fonctionne bien, je vais m'en refaire un. SI tu veux, je prendrais les étapes en photos.

    RépondreSupprimer
  5. Salut Yann,
    Bon reportage et merci pour tes commentaires sur mon "magnifique" vélo! A bientot...à la Patrimoine peut-être...
    Slts,
    David

    RépondreSupprimer