mercredi 2 septembre 2015

Chier dans les bois quand on est cycliste

Vous êtes sur votre vélo (VTT, randonneuse, vélo de course, gravel...), en balade en pleine nature, lorsque l'envie de déféquer survient. Que faire ? Si vous estimez l'arrivée trop lointaine, il vous faut trouver un lieu où satisfaire votre envie. Voici quelques recommandations.

Votre priorité sera, c'est naturel, de vous camoufler. Cela passe par la recherche de fourrés, de fougères, d'un fossé etc. pour cacher votre bicyclette et vous accroupir. L'été offre les meilleures conditions, la végétation étant épaisse. Exit le gilet jaune fluo et tout effet pouvant trahir votre présence. Une mise en garde cependant : évitez de vous planquer dans les buissons lors de la saison de la chasse, qui plus est si vous avez ôté votre gilet jaune ; un chasseur pourrait vous confondre avec du gibier.

Cyclistes, les toilettes dans les bois sont rares. 
Se cacher n'est pas tout. Il convient de chier en respectant l'environnement, comme l'explique Kathleen Meyer, auteur de Comment chier dans les bois (éd. Edimontagne). Quelques règles sont à retenir :
  1. Faire ses besoins loin de tout point d'eau et au dessus des lignes de crue. En entrant en contact avec l'eau, les excréments transmettraient des bactéries aux animaux, voire à l'homme qui boiraient cette eau.
  2. Enterrer ses matières fécales (un trou de 15 à 20 cm), pour éviter qu'elles ne contaminent un animal. A la rigueur, si vous ne pouvez creuser, recouvrez la merde de cailloux.
  3. Mélanger le tout avec un bâton pour accélérer la décomposition et la destruction des bactéries.
Dernier conseil : pour se nettoyer, choisir de grandes feuilles, en prenant garde aux espèces urticantes.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire