mercredi 3 septembre 2014

Sorties à vélo sur les belles routes du Luberon

En séjour à Gordes (Vaucluse), j'ai découvert les routes du Luberon à bicyclette. Des chaussées propres, sans trous, avec de belles bosses menant vers de pittoresques villages. Mon vélo : un VTT avec des pneus lisses de 26 x 1.50. Le troisième plateau, jamais utilisé en région parisienne, a joué son rôle ; les côtes, sans être très raides, étaient assez longues, entraînant régulièrement mon coeur à 145 pulsations par minute.



VTT
Pourquoi un VTT ? Ignorant l'état des routes et la densité de véhicules (autos, camions...), j'ai choisi un vélo permettant de sortir de la chaussée et d'emprunter, sans risque de crever, des sentiers. Les routes n'étant pas trop fréquentées et en bon état, un vélo de course eût été apprécié, notamment pour sa légèreté. D'autant plus que j'ai aperçu peu de sentiers pour VTT. Ces pistes sont soit connues des initiés, soit situées au fin fond des massifs, avec des passages difficiles (lire "La grande traversée du Vaucluse", VTT magazine, août 2014). Un conseil : avant d'emprunter des chemins dans les massifs montagneux, renseignez-vous à l'office du tourisme : en fonction du risque d'incendie, les sentiers ne sont parfois ouverts que certaines heures (de 5 à 12 heures, par exemple).
Parcours à vélo à la carte dans le Luberon.

Voie verte
Vous trouverez aussi à l'office du tourisme une carte gratuite de circuits à vélo, avec différents niveaux de difficultés. Les parcours "faciles" sont assez plats et permettent aux cyclistes peu entraînés de profiter du paysage sans souffrir. La voie Eurovélo nº 8 "Le Calavon" est fort bien conçue pour les familles : recouvrant une ancienne voie ferrée, des Beaumettes à Saint-Martin de Castillon (28 km), elle est faite d'un beau revêtement. Sécurisante, cette piste est réservée aux seuls cyclistes.

Vous roulez plusieurs heures ? Vous pouvez remplir vos bidons aux fontaines des villages (Gordes, Roussillon-en-Provence, les Beaumettes...), certaines étant indiquées sur Eau-cyclisme.com. Car en été, dès 9 heures, il fait chaud. Si chaud que, pour gravir les petits cols, j'ai ôté le casque, faisant prendre l'air à ma bonne vieille casquette cycliste vintage.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire