mardi 16 septembre 2014

La Patrimoine 2014 : derrière le Derny, avec Rustines

Il fallait nous voir, le 14 septembre 2014, au départ de la Patrimoine, la randonnée annuelle des passionnés de vélos vintage. Nous étions environ deux cents cyclistes de 10 à 70 et quelques années à nous être élancés sur les deux parcours, de 20 et 67 km. Nos machines étaient en acier, de marque souvent italienne ou française : Neri, Bianchi, Motta, Moser, La Perle, Blocher, Peugeot, Motobécane... Nouveauté, cette année : nous étions escorté par un rutilant Derny "Rustines" de 1938, piloté par un sympathique jeune homme. Ce bon vieux cyclomoteur en a ramené plus d'un dans le groupe de tête. Le pilote portait un maillot Saint-Raphaël, comme celui de mon camarade Pierre Tosi, le seul ex-professionnel présent à La Patrimoine ! Derrière le Derny, Pierre retrouvait ses sensations d'antan, celles qu'il éprouvait sur Bordeaux-Paris en 1975.
Pierre Tosi, ex coureur professionnel à
La Patrimoine, avec Yann, Olivier et Thierry.


Ainsi, nous, les fous du cale-pied, avons voyagé trois heures au bon vieux temps des bidons en aluminium, sur les routes de la Brie, en Seine-et-Marne. Autre nouveauté pour cette quatrième édition : le grand parcours a été modifié, passant par la Celle-en-Bas et remontant par Tigeaux - pas le mur, mais la bosse sinueuse sur la D21.

La visière devant
Des cyclistes à vélos en carbone nous ont croisés, surpris. "Salut les gars !" nous lançaient-ils. Voir passer un peloton d'acier et de laine, serpent multicolore et bariolé, les rendait joyeux. Nous étions sur notre trente-et-un : casquettes assorties aux maillots, maillots assortis aux vélos, chaussures cirées, socquettes blanches, gants en maille... Les dandys du dérailleur, en somme. Pour revenir aux casquettes, seule la position de la visière devant a cours désormais ; la visière sur la nuque se fait rare, même sous le soleil. Allons, messieurs, un peu de fantaisie !

Même si La Patrimoine est une randonnée, donc sans classement à l'arrivée, la plupart d'entre nous se sont livrés à un exercice des plus sportifs. Thierry, coursier affûté que je retrouve ici chaque année sur son Raleigh, emmenait le paquet dans les bosses, assis sur la selle. Sur le plat, nous dépassions les 40 km/h. "Une cassure et c'est fini", soufflait mon camarade Olivier, marathonien à l'allure de Ghislain Lambert équipé en Motobécane.

Peugeot vintage orange
Saint-Raphaël, Miko...
rafraîchissements après la course.
A l'arrivée, la récompense n'était pas le bouquet, mais le banquet. La salle des fêtes accueillait quelque deux cents cyclistes en maillots et casquettes. Devant leur plateau-repas, ils applaudissaient à chaque remise de prix. Le prix du plus beau costume, le prix du plus beau cycle, les prix de la tombola... Car comme chaque année, de beaux lots étaient mis en jeu : un vélo Peugeot vintage orange "tout d'origine" remis en condition par le magasin La Bicyclette, organisateur de La Patrimoine ; une musette de coursier en cuir ; des casquettes et un nécessaire de réparation Rustines... Rustines, la fameuse marque amie des pneumatiques était là, représentée par une demi-douzaine de coureurs, dont Louis Rustin, son dirigeant. L'esprit d'équipe et la bonne humeur personnifiés.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire