samedi 5 juillet 2014

La bonne humeur sur les routes de l'Anjou Vélo Vintage 2014

Les Tosi et le Vélomane vintage :
longue vie au vélo en acier.
Qu'est-ce qui pousse 3 500 cyclistes à se rassembler sur de vieux vélos en acier, à Saumur un dimanche matin ? Faire le plein de bonne humeur, comme le garantit l'Anjou Vélo Vintage, dont ce fut la 4e édition, les 28 et 29 juin 2014. Avec mes amis les Tosi, vaccinés avec un rayon de bicyclette, voici ce qui  m'a marqué ce dimanche-là.

A une époque où chacun vit dans sa bulle, entre deux écouteurs devant un journal gratuit, l'Anjou Vélo Vintage apporte de la vie. Un spectacle pour les oreilles et les yeux. Ecoutez ce peloton de coursiers engager la conversation avec un élégant moustachu au guidon d'un grand bi : "Hé l'ami ! comment tu t'y prend pour pisser ? Tu fais en roulant ?" Eclats de rire. Voyez ces petites femmes en robes à fleurs des années 1950 attaquer la bosse en se dandinant sur leurs Peugeot grinçants. Et ces couples en tandem, maillots de corps et casquettes à la Jean Gabin, ça sent bon le saucisson et le litre de rouge planqué dans la rivière un jour de pique-nique. L'Anjou Vélo Vintage, c'est un peu tout ça : les Brigades du Tigre, Michel Audiard, le Tour de France des années 1970...

Le Vélomane vintage et Gravillon.net :
d'Internet à la route.
Ici, nous nous fichons du chronomètre - 22 km/h de moyenne pour notre part - et des "affaires" du cyclisme. Notre topette, c'est l'EPO : eau, pastis, olives (ou orgeat), sourit un Lejeune-BP de 64 ans. Son vélo Lejeune bleu, luisant au soleil, date de 1977, comme son maillot ; il paraît sorti de chez le marchand de cycles. "Pour dater les vélos et les pièces, je me réfère à Velobase.com", nous souffle ce passionné. L'Anjou Vélo Vintage, c'est aussi de bonnes adresses et de belles rencontres.

Une belle rencontre, en voici une : l'équipe de Gravillon.net, des confrères rédacteurs, photographes et graphistes, qui tiennent un superbe site Web traitant du vélo de manière originale, artistique, avec, en toile de fond, le vélo vintage. Couverts d'une casquette marquée "Anjou Vélo Vintage-Gravillon.net", dans de rigolos maillots cyclistes marinières, cette équipe rochelaise nous a accompagnés une bonne partie de la randonnée, avec un article au bout du compte. Les routes étaient belles, sinueuses, sans voiture - sécurité parfaite, merci aux organisateurs et aux bénévoles.

Un repas un peu riche
Seuls deux petits points à revoir. Primo : le départ fut long, eu égard au nombre de participants, un goulet d'étranglement s'étant formé jusqu'au premier ravitaillement, d'ailleurs placé un peu trop tôt. Deuxio : le plateau-repas pourrait être moins riche en graisses (charcuteries, salade piémontaise...), et comporter par exemple une salade de pâtes ou de riz et un peu plus de verdure. Pourquoi ? Parce que certains en profitent pour démarrer juste après cette pause, larguant leurs camarades ballonnés dans la première côte.

Heureusement, il y avait le public pour nous encourager. Les enfants, les parents, les grands-parents nous saluaient de leurs fenêtres ; nous leurs répondions souriant. Certains vous payaient même le coup à boire. Sur le vélo ou sur le bas-côté, la France était de bonne humeur.

Les chiffres de l’Anjou Vélo Vintage 2014

  • 3 500 participants (sur 4 parcours de 30, 55, 90 et 150 km), contre 2 650 en 2013, 1 400 en 2012 et 500 en 2011.
  • 90 participants sur la Rétro de 150 km, 260 sur la Rando de 90 km, 1101 sur la Balade de 55 km, 2049 sur la Découverte de 30 km.
  • 79 départements et 17 nationalités représentés (France, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Italie, Canada, Japon, Pays-Bas, Australie, Suisse, Danemark, Finlande, Pologne, Autriche, Monaco, Etats-Unis et Espagne).
  • 30 sites touristiques traversés et 56 communes associées à l’événement.
  • 450 personnes travaillant pour l’organisation, dont 350 bénévoles.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire