samedi 16 septembre 2017

Interview : Patrick Moutaud, patron de "Briko-Bike"

Patrick Moutaud, 49 ans, est le patron de Briko-Bike, boutique en ligne de pièces détachées pour le vélo vintage. Ce passionné de cycles anciens raconte comment il est passé de ses premières restaurations, dans son garage, à son commerce actuel, situé à Toulon.

Pratiques-tu le vélo ?
J'en fais depuis ma plus tendre enfance. J'ai commencé par le tout-terrain, qui est plus ludique pour un gamin —  le VTT n'existait pas encore à cette époque. Après sept années de compétition en VTT, j'ai doucement migré vers le vélo de route pour ne faire plus que ça. Avec l'avènement du pignon fixe, il y a environ dix ans, je suis revenu dans le "monde de l'acier" et du vintage, qui est devenu une véritable passion.

Comment as-tu commencé à restaurer des vélos ?
Mon premier vélo vintage, celui par quoi tout a commencé, était un Bernard Carré qu'un ami m'avait gentiment offert. Une fois cette restauration terminée, un nombre incalculable de vélos sont passés entre mes mains pour finaliser des restaurations à but personnel — rien de lucratif à cette époque.

Qu'est-ce qui t'a poussé à lancer un commerce ?
Les pièces détachées en double et triple exemplaire s'entassaient et ma passion dévorante commençait à grever le budget familial.  J'ai commencé à vendre quelques pièces sur des forums spécialisés pour financer mes achats et restaurations. Cette méthode m'a permis de restaurer quelques très beaux vélos, principalement de marques italiennes. Mais le stock de pièces continuait malgré tout à grossir et envahir mon garage. C'est à ce moment là, en 2011, que me vint l'idée de créer un blog qui devait être à l'origine consacré au "bricolage vélo", avec des informations imagées pour la restauration des anciens vélos. J'ai alors déposé le nom "Briko-Bike". Mon blog a lentement migré vers un site de vente en ligne, qui a évolué au fil du temps. Mon statut professionnel a également évolué : d'employé municipal à plein temps, je suis passé à mi-temps pour développer mon activité secondaire et continuer cette aventure passionnante.
Le stock de Patrick Moutaud : un trésor !

Ton stock doit prendre une certaine place !
Pour trouver la surface nécessaire au matériel accumulé au fil des années, l'installation de mes locaux a été réalisée en plusieurs étapes et trois déménagements successifs. Pour financer cette dernière installation, j'ai malheureusement dû me séparer de ma collection de dix vélos personnels. Je n'ai gardé que le plus important à mes yeux, ma plus belle trouvaille : un René Herse Diagonal de 1972 en parfait état et complet. Celui avec lequel je roule lors de sorties ou rencontres vintage.

De quoi se compose ton catalogue ?
Je vends principalement des pièces détachées. Mon stock compte actuellement environ 350 cadres, 250 paires de roues, énormément de pièces en tous genres, neuves ou d'occasion (voir photos plus bas). Bien que ce ne soit pas la vocation de Briko-Bike, il m'arrive de proposer des vélos complets. Je propose aussi du textile, un rayon que je compte développer. Car j'ai un très gros stock de maillots, cuissards, chaussures, casquettes, survêtements, coupe-vents, musettes, etc. Ils sont toujours en attente de mise en vente par manque de temps. Il faudrait des journées de cinquante heures !

Comment se déroulent tes journées chez Briko-Bike ?
Je suis seul à bord pour tout gérer. Mon emploi du temps est chargé : recherche de matériel sur petites annonces ; achat et récupération du matériel (pas mal de temps sur la route) ; démontage des vélos si incomplets ou sans grand intérêt ; nettoyage des pièces par trempage successifs dans des bains avec une mixture maison ; révisions et vérification des pièces propres ; prises de photos ; mise en ligne des annonces ; gestion des e-mails clients ; gestion du site Internet et du blog ; expédition des commandes ; restauration des vélos intéressants.

Où te fournis-tu ?
L'achat du matériel provient principalement de stocks de vieux vélos incomplets qui sont démontés pour pièces. Je rachète également les fins de stocks de magasins dans toute la France, avec quelques fois de très belles surprises. De plus en plus souvent, les vendeurs viennent à moi directement.

Quels sont les articles les plus demandés ?
Il n'y a pas d'articles plus demandés que d'autres, cela dépend des périodes et ce n'est jamais prévisible.

Où vends-tu ? 
Les ventes se font uniquement sur Internet, bien que l'idée d'ouvrir un comptoir au public ne me déplairait pas. Mes clients sont principalement français, mais j'expédie aussi beaucoup en Allemagne, en Angleterre, en Italie, aux Pays-Bas et en Asie.

La boutique : www.briko-bike.com
Les photos du stock : www.flickr.com








1 commentaire :

  1. Merci pour cette interview trés sympatique et pour le partage de tes connaissances a travers ce superbe Blog.

    RépondreSupprimer